BLOCKCHAIN_PROVENANCE

Au-delà d'un historique des propriétés, la Provenance d'une oeuvre concerne l'ensemble des acteurs et des actions qui se sont exercés sur une oeuvre tout au long de son cycle de vie.

Users

UNE CHAINÊ DE TITRES ET D’ÉVÉNEMENTS, ININTERROMPUE ET SÉCURISÉE

Avec cette technologie, les oeuvres pourraient bénéficier de la sécurité d’une certification fiable soutenue par une chaîne ininterrompue de titres, d’opérations et de droits (propriété intellectuelle, droit d’auteur, droit de propriété, droit de suite, droit de représentation etc…).

Une telle provenance survivrait à l’auteur d’une oeuvre, à son propriétaire, aux négociants qui ont eu à en connaître et assurerait une garantie, dans les transactions, jusque ici inégalée.



Users UNE PROVENANCE INDESTRUCTIBLE

Dans le système actuel une société développe un service, un logiciel et dispose d’un serveur pour le faire tourner. Les clients passent par ce serveur lequel exécute le programme. Si le serveur est attaqué, détruit ou si la société ferme ses portes, le service ne fonctionne plus.



Mais contrairement à ce réseau centralisé, la blockchain permet de faire exécuter un programme par l’ensemble des noeuds d’un réseau décentralisé et distribué.
Cette technologie offre l’opportunité d’une provenance potentiellement indestructible car il faudrait que l’ensemble du réseau tombe pour que le service ne fonctionne plus.



Users UNE PROVENANCE INFALSIFIABLE

Contrairement aux systèmes centralisés sur lesquels opèrent les acteurs du marché de l’Art, l’architecture distribuée et décentralisée d’une blockchain, ses protocoles de consensus rendent extrêmement compliquée les tentatives de manipulation ou de corruption des données.

En effet, sous réserve des modalités de gouvernance, du design des protocoles et du nombre de noeuds participants au réseau,il faudrait corrompre dans un temps limité plus de la moitié des noeuds afin d’espérer disposer d’une puissance ou d’une capacité suffisante pour altérer le pedigree d’une oeuvre.

La promesse d’un tel niveau de garantie d’intégrité, confère aux informations une propriété de non-répudiabilité.

Il y a toutefois des points de vigilance à considérer.\ Par exemple la survenance d’un évènement de nature à modifier la provenance comme un jugement qui viendrait attribuer la propriété d’une oeuvre à un acteur différent. \
Se pose donc la question de la force exécutoire d’une décision de justice sur un réseau décentralisé et distribué.
C’est un des aspects sur lequel Seezart travaille dans le LaB en désignant des mécanismes de gouvernance et des protocoles de consensus avec des incitations spécifiques.



Users UNE PROVENANCE TOUJOURS ACCESSIBLE, DISPONIBLE

L’exploitation d’une structure de données reposant sur une architecture distribuée, sur laquelle d’ailleurs opèrent des smart contracts, offrent aux acteurs du marché de l’Art la perspective de disposer d’une provenance toujours accessible et disponible.

Accessible depuis n’importe quel terminal connecté, à tout moment et de façon sécurisée. Disponible puisqu’il est hautement improbable que l’ensemble du réseau tombe dans son intégralité, sauf à considérer que les noeuds cessent de participer tous en même. On retrouvera ici les questions liées à la gouvernance et les incitations à participer à l’activité du réseau.



Users UNE PROVENANCE CONSTRUITE SUR L’ÉQUILIBRE ENTRE TRANSPARENCE ET CONFIDENTIALITÉ

Le caractère transparent, partagé et auditable de la provenance ne signifie pas qu’elle soit accessible à n’importe qui et dans n’importe quelle situation, en d’autres termes les droits en lecture ne sont sont pas ouverts à tous.
Cela ne serait pas acceptable, en premier lieu au regard de la vie privée, en second lieu pour des raisons de sécurité évidentes.

De fait, la provenance ne doit être accessible que sur autorisation et limitée aux seules personnes concernées.

L’affichage serait paramétrique et contextualisé. Concrètement cela signifie que, selon l’opération envisagée et les acteurs y participants, certains éléments de la provenance seront - par défaut - affichés et d’autres non.

Pour autant, certaines opérations pourraient nécessiter un accès plus ou moins important à des détails de la provenance. Pour cette raison, les paramètres doivent être suffisamment souples pour permettre de les rendre visibles et auditables aux parties qui sont fondées à les connaître, dans le cadre d’un contexte transactionnel clairement identifié.



File UN REGISTRE PARTAGÉ ET MONDIALISÉ

En créant un tel registre, qui consignerait tout le parcours d’une oeuvre d’art (création, vente, exposition, prêt, leg, restauration…) pour lui créer une provenance sans faille tout en assurant la gestion des interactions entre les parties concernées.
Ainsi l’authenticité, l’historicité ou encore la valeur d’une œuvre deviendraient des informations vérifiées, circulant en toute sécurité et permettant de faciliter les due diligences et les transactions mais également de se prémunir contre la délinquance (faux, contrefaçons, commerce illicite).

File

Copyright © 2018 SEEZART. All rights reserved. | Propulsé fièrement par Suricate Concept